Susan Mackie

Tournage/Modelage

En Ecosse, là d’où je viens, on expose fièrement ses céramiques de collection dans un vaisselier.

La première fois que j’ai posé les mains sur un tour, c’était sur celui de Katherine Pleydell-Bouverie. J’ignorais alors qu’elle avait été l’une des pionnières de la céramique anglaise moderne.

Moi qui ai si longtemps encouragé mes proches à créer, il a fallu une longue maladie pour que j’ose mettre les mains dans la terre. Dedans, je me suis sentie si bien que les cours hebdomadaires se sont rapidement transformés en une préparation intensive au CAP.

Le tournage est difficile; on progresse, on recule; on est ravi d’avoir produit un « bol parfait » puis désespéré car il y a des jours où rien ne va. Petit à petit, le geste devient plus fluide, les formes plus variées. Le monde des émaux s’ouvre, et c’est infini.

Il y a peu, j’ai quitté l’édition, après 30 ans de métier, pour faire de la céramique mon nouveau métier. J’espère ne pas avoir l’allure de sorcière de Katherine Pleydell-Bouverie, quoique; en tout cas, j’aimerais, comme elle, fabriquer des objets qu’on aime autant utiliser que regarder au quotidien.

%d blogueurs aiment cette page :